minutos_silencio_Arrigorriaga

On a célébré aujourd’hui les funérailles pour Eduardo Puelles, assassiné vilement par ETA à Arrigorriaga (Pays basque). Le terrorisme fasciste n’a montré que sa faiblesse, celle de l’intérieur et de sa base, qui est chaque fois plus éloignée d’eux. Au contraire que les mots de Basagoiti, Président du PP du Pays basque, « avec chaque sourire d’Otegi il y a un mort par ETA », cela n’est qu’un avertissement des assassins à sa base, pour qu’ils n’osent pas voler librement et décemment.

ETA tue, désormais il y a une famille de plus qui est brisée, une veuve et deux fils sans leur père. C’est dommage que l’unité et la décence ne se montrent que lors des événements tellement tristes. Mais chaque acte d’ETA c’est un pas de plus vers sa fin et un pas chaque fois plus ferme dans l’unité des démocrates.

Je garde la phrase qui a lancé le frère d’Eduardo Puelles, Josu : « mon frère n’est pas une victime du terrorisme, c’est un héros, c’est un gudari ».